L'environnement global et la coopération internationale

La Direction de l'environnement global a , au nom de tout le gouvernement, l'initiative des mesures concernant la sauvegarde de l'environnement, notamment la limitation du réchauffement climatique et la protection de la couche d'ozone.
De surcroît, tout en ayant la charge des négociations et des ajustements avec les organismes internationaux en relation avec le Ministère de l'environnement ou avec les différentes administrations étrangères, elle réalise un travail de collaboration avec les zones en voie de développement.

Causes et impacts du réchauffement de la planète

Le réchauffement de la planète est un des problèmes environnementaux le plus important remettant en cause le fondemment même de notre existence sur terre.

Selon le 4e rapport d'estimation IPCC, la température moyenne du globe a augmenté de 0,74 degrés en 100 ans. La tendance à la hausse depuis 50 ans est environ deux fois plus rapide que celle des 100 dernières années. Tout en affirmant qu'un réchauffement est en cours, le même rapport conclut que c'est l'augmentation des gaz à effet de serre produits par les activités humaines qui seraient à l'origine du réchauffement climatique. Faisant des comparaisons de températures entre 1980 à 1999, avec celles de la fin du 21e siècle (de 2090 à 2099), le même rapport indique que, la hausse sera d'environ 1,8e (de 1,1e à 2,9e) dans l'hypothèse d'une société conciliant la protection de l'environnement et le développement économique tandis que dans une société avec un haut développement économique accordant la priorité aux énergies d'origine fossile, la hausse sera de 4e (de 2,4e à 6,4e). En outre, dans l'hypothèse d'une société conciliant la protection de l'environnement et le développement économique, il est prévu que la hausse moyenne du niveau de la mer sera de 18 à 38 cm, alors que dans une société avec un haut développement économique accordant la priorité aux énergies d'origine fossile, elle sera de 26 à 59 cm. Il est signalé aussi que cela aura de nombreuses conséquences négatives, notamment, sur la santé de l'homme, ainsi que sur la prévention des catastrophes, l'agriculture, l'écosystème etc.
Actuellement, du fait que la quantité d'émissions de gaz à effets de serre représente plus du double de la quantité d'absorption normale de la terre, il faut œuvrer pour « l'établissement d'une société à quantité de carbone réduite « en diminuant, dès maintenant, de plus de la moitié, la quantité des émissions produites dans le monde.

Développement de mesures au niveau national pour limiter le réchauffement climatique.

Pour tenir l'engagement du Protocole de Kyoto visant une réduction des émissions de 6%, notre pays s' est engagé à prendre différentes mesures telles que l'adoption du plan d'économie d'énergie qui intègre le « Plan de réalisation des objectifs du Protocole de Kyoto ». Les autres mesures font apparaître l'introduction des énergies renouvelables comme, par exemple, l'énergie solaire, la création du mouvement citoyen « L'équipe moins 6% », l'acquisition de crédits pour l'aide à la sauvegarde des bois et forêts sur la base du « Kyoto Mechanism » ( Mécanisme de Kyoto)

Encouragement au passage:du style de travail au style de vie (work style life style) dans l'objectif de réduire le réchauffement climatique.

Un mouvement citoyen, « L'équipe moins 6% », s'est créé afin d'encourager chaque personne à passer « du style de travail au style de vie » (work style life style).
Faisant appel à la mobilisation pour entreprendre des actions concrètes pour limiter le réchauffement climatique, ce mouvement espère créer, avec l'appui efficace de la télévision et de la presse, une solidarité entre le monde économique qui prendrait les premières initiatives et toutes les couches de la société.
De plus, sur des sites et des petites brochures sont présentées des propositions comme « la vie recyclée » qui prônent, un style de vie de haute qualité tenant compte de l'environnement, des manières de choisir des produits peu coûteux en énergie, et le choix de différents moyens d'action.

Assurance de la solidarité internationale

En février 2005, le Protocole de Kyoto est entré en vigueur. La 11e Conférence des Parties (COP11) à la Convention climat et la première réunion des Parties au Protocole de Kyoto (C0PMOP1) se sont tenues ensuite à Montréal, en novembre de la même année. Lors de ces conférences, les règles de fonctionnement du Protocole de Kyoto ont été adoptées officiellement. Des accords ont été trouvés pour engager des pourparlers concernant les actions à long terme. Désormais, tout en laissant la possibilité à tous les pays, incluant les Etats-Unis, la Chine et les pays en voie de développement, de participer à l'effort, dans la mesure de leur capacité, pour une baisse des émissions, les négociations internationales se poursuivent avec pour but l'établissement d'un cadre de mesures efficaces en vue d'une réduction de grande envergure

Mesures internationales contre le réchauffement climatique de la terre.

Voici la présentation de mesures internationales pour prévenir le réchauffement climatique.

  • Rapport de la réunion pour la protection de la terre de la Commission centrale de l'environnement et du comité d'experts en stratégie internationale.

Aide aux pays en voie de développement qui adoptent des mesures contre le réchauffement de la planète.

Dispositifs pour la protection de l'environnement terrestre.

Protection de la couche d'ozone (mesures contre le fluon)

La couche d'ozone qui nous protège des rayons ultraviolets nocifs, s'amenuise sous l'action des CFC et des HCFC. C'est pourquoi nous avons établi une législation de la production de ces gaz basée sur le Protocole de Montréal et sur la loi de la protection de l'ozone. De plus, sur la base de la loi de la récupération et de la destruction du fluon, nous nous mobilisons pour la récupération et la destruction du fluon contenu dans les réfrigérateurs et les appareils d'air conditionné, et aussi du HFC utilisé comme produit de substitution au CFC et au HCFC.

Mesures contre les pluies acides et les tempêtes de sable.

Les pluies acides proviennent d' un phénomène d'acidification des pluies sous l'action de l'oxyde de soufre et de l' oxyde d'azote dans les zones d'Asie orientales, y compris au Japon. On lutte contre le problème au niveau international avec le réseau de surveillance (Monitoring Network) des pluies acides de l 'Asie orientale (EANET).
Récemment, l'inquiétude augmente quant à la multiplication des tempêtes de sable de grande envergure, et des mesures pour la mise en place d'un réseau de surveillance (Monitoring Network) progressent.

La sauvegarde de l'environnement marin

Les mers et océans sont sujets à de grandes pollutions provenant des éléments nutritifs et des produits chimiques nocifs du continent, du déversement de déchets et substances polluantes ainsi que des accidents de grands pétroliers. Ainsi, se développent une surveillance accrue de l'environnement marin accompagnée d'un dispositif de mesures basées sur les traités et la législation.

Mesures contre la diminution des espaces boisés et la désertification

La diminution des espaces boisés et la désertification est un problème grave et constant. Pour cela, après la déclaration de principe concernant les espaces boisés au « Sommet de la Terre » de 1992, et le traité concernant la désertification au « Sommet de la Terre » de 1992, ce problème fait l'objet d'efforts au niveau international.

La protection de l'Antartique

À propos de l'interdiction de l'exploitation de l'Antartique, un travail de vulgarisation et d'enseignement est en cours pour sa protection sur la base de traités internationaux.

Coopération internationale pour l'environnement

De nombreux pays en voie de développement ont à faire face à de multiples problèmes tels que : l'augmentation de la population, et la concentration dans les villes sous l'effet de l'industrialisation, la pollution de l'air, la dégradation de la qualité de l'eau, la détérioration de l'hygiène et la destruction de l'environnement naturel. Notre pays entend participer à l'effort pour la sauvegarde de l'environnement des pays en voie de développement en faisant valoir son expérience acquise en terme de technique et d'environnement.

Réunion ministérielle pour l'environnement à trois pays : le Japon, la Chine et la Corée du sud (TEMM)

Le Japon, la Chine et la Corée du sud tiennent une réunion interministérielle annuelle limitée à leur trois pays depuis 1999. Ils échangent, de façon directe, leurs opinions sur les problèmes écologiques, non pas seulement régionaux, mais aussi sur des questions d'envergure planétaire.

La recherche sur l'environnement global et la surveillance environnementale planétaire

Pour résoudre le problème de la protection de l' environnement global, il est nécessaire d'effectuer des investigations et une recherche à grande échelle pour développer des mesures techniques. Ce travail s'effectue par le rassemblement des données d'observations de la Terre pour comprendre les impacts et la signification des phénomènes. Ainsi, en collaborant avec les différents centres de recherche nationaux ou étrangers, nous pouvons effectuer la synthèse de toutes les données scientifiques.

Get Adobe Reader

Please download Adobe Reader (for free) to view PDF file.

Page top